Université : vers des frais de scolarité différenciés en fonction des ressources ?

Alors que les universités françaises accusent un fort besoin d’accroître leurs ressources, la question des frais de scolarité fait débat. Jean-Loup Salzmann, président de l’université Paris XIII et de la CPU en Île-de-France, livre son point de vue dans le quotidien La Croix publié ce lundi 18 juillet. Suite à différentes propositions, il répond à la question Faut-il moduler les frais d’inscription universitaire en fonction des moyens des familles ?

Augmenter les frais d’inscription nuirait à la définition même de l’égalité d’accès à l’enseignement supérieur. Pourtant, J-L Salzann souligne que même avec des frais égaux, les études supérieures profitent plus aux élèves issus de classes aisées. Alors est-ce que le modèle mis en place par Sciences Po Paris, où les frais d’inscription varient en fonction des niveaux de ressources des étudiants, pourrait-être la solution adéquate ? Cette proposition, qui s’accompagne d’autres solutions d’aides financières (bourses, emprunts, etc), est défendue par Pierre André Chiappori, professeur d’économie à l’université de Colombia aux Etats-Unis, dans un rapport de l’Institut de l’entreprise. Elle semblerait pouvoir offrir une certaine égalité d’accès tout en permettant d’augmenter les ressources des universités. J-L Salzann souligne que ce système présente néanmoins plusieurs limites. Il évoque tout d’abord une possibilité de perte d’effectifs des universités au profit d’écoles privées. En effet, ces établissements présenteraient alors des coûts aussi élevés mais permettraient, grâce à une sélectivité à l’entrée, d’assurer une meilleure valorisation du titre obtenu et donc un meilleur « retour sur investissement ». Le président de l’université Paris XIII évoque alors un risque de « ségrégation sociale ». Enfin, il met également en avant la possibilité de créer un fossé entre les universités. En effet, si leur budget devait dépendre des élèves et de leurs ressources, une forte disparité serait à prévoir en fonction du pourcentage de fréquentation d’élèves issus de milieux aisés ou au contraire, de milieux plus modestes.

La question reste pour le moment sans réponse et le débat se poursuit avant une éventuelle réforme des modalités d’inscription à l’université.

Plus d’infos sur : www.la-croix.com

Votre avis nous intéresse !

Etes-vous pour ou contre des frais de scolarité différenciés en fonction des ressources ?

Des idées pour augmenter les ressources des universités ?

A LIRE ÉGALEMENT SUR L’UNIVERSITÉ :

Le Céreq publie une note sur les défis de la professionnalisation à l’université

Enquête sur le parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

Egalité des chances à l’école : mythe ou réalité ?



Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: