Le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’école : les points essentiels

Vincent Peillon, ministre de l’éducation vient de signer le texte d’une loi d’orientation et de programmation. Quelques mois après la concertation sur la refondation de l’école, le texte est une ligne directrice qui balise jusqu’en 2017 le chemin vers une nouvelle Ecole.

Le Blog de l’Orientation, s’est procuré le texte qui sera présenté en conseil des ministres fin janvier 2013. L’écrit compte 53 articles et développe 5 axes principaux. Il amorce des réformes qui seront concrétisées par des lois et décrets. Zoom sur les points essentiels.

Repenser la formation des enseignants. C’est l’axe principal de cette feuille de route. La création de 27 000 postes est indiquée. Des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) verront le jour dés la rentrée prochaine. Elles définiront et mettront en place les formations continues des personnels enseignants du premier et du second degré. Elles organisent des formations de préparation aux concours de recrutement dans les métiers du professorat et de l’éducation. Elles peuvent conduire des actions de formation aux autres métiers de la formation et de l’éducation. Les ESPE participent à la recherche. Elles assurent le développement et la promotion de méthodes pédagogiques innovantes. Elles forment les enseignants à l’usage du numérique. Elles participent à des actions de coopération internationale.

Un Collège de plus en plus unique. L’article 29 prévoit « la mise en place, au collège, d’approches pédagogiques différenciées, ainsi que la possibilité d’y proposer des enseignements complémentaires au tronc commun. Recul d’une année. Ce n’est qu’en classe de 3e que ces enseignements complémentaires peuvent préparer à une formation professionnelle. Le but : éviter tout dispositif qui enfermerait trop tôt les élèves dans une filière. L’article 30 supprime la possibilité d’aménagements particuliers permettant, durant les deux dernières années de collège, dans le cadre de dispositifs d’alternance personnalisés, une découverte approfondie des métiers et formations ainsi qu’une première formation professionnelle. Il s’agit de réaffirmer le principe du collège unique en conciliant existence d’un tronc commun et nécessité d’une différenciation des approches pédagogiques. »

Réforme du brevet ? L’article 32 propose de supprimer ce qui dans la loi précédente détaille les acquis validés par le brevet, et « prévoit de fixer par décret ses conditions d’attribution. L’évolution du socle commun nécessite en effet de repenser le rôle de ce diplôme, qui intervient au terme de la scolarité obligatoire et de l’acquisition théorique du socle. »

Une meilleure orientation. L’article 23 met en place un parcours individuel d’information, d’orientation, et de découverte du monde économique et professionnel tout au long de la scolarité secondaire de l’élève. « L’objectif est de lui donner, dès le collège, les éléments qui lui permettront de faire un choix éclairé pour la poursuite de ses études au terme de sa scolarité obligatoire. Cette orientation, ainsi que les formations qui lui sont proposées, tiennent compte de ses aspirations, de ses aptitudes et des perspectives professionnelles liées aux besoins prévisibles de la société, de l’économie et de l’aménagement du territoire ; elles favorisent la représentation équilibrée entre les femmes et les hommes parmi les filières de formation. Le parcours de l’élève est organisé sous la responsabilité du chef d’établissement, avec le concours des équipes éducatives et des spécialistes de l’orientation, mais également dans une perspective d’ouverture de l’école à tous ceux qui peuvent contribuer à cette information. »

Ce projet de loi modifie le Code de l’Education. Il doit être examiné, avant d’être présenté en Conseil des ministres fin janvier 2013.

 



Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: