DRH et étudiants plébiscitent la fusion entre Grandes Ecoles et Universités

Interrogés par l’IFOP pour l’Association Passerelle ESC, DRH, lycéens et étudiants se prononcent en faveur de la fusion des Grandes Écoles et des Universités.

Pour rappel, la fusion des universités et des grandes écoles devrait effacer le fossé budgétaire entre les deux structures, mais surtout revaloriser le niveau de l’université, permettant à chacun de bénéficier d’un enseignement de haute qualité. Concrètement, il s’agit que les professeurs aient la même formation, de favoriser les cours en TD à faible effectif et le suivi individualisé des élèves, de développer le contrôle continu lors des premières années de licence qui seront pluridisciplinaire (modèle des classes préparatoires et des grandes écoles). Un vaste plan de recrutement de maîtres de conférences et de professeurs d’université serait prévu afin d’augmenter le taux d’encadrement des Universités (qui est l’un des plus faibles de l’OCDE).

La fusion entre Universités et Grandes Ecoles est avant tout une mutualisation des moyens existants pour favoriser la réussite du plus grand nombre. Elle doit s’accompagner de l’augmentation du budget de l’enseignement supérieur français, tant pour recruter de nouveaux enseignants que pour améliorer significativement les conditions d’études (bibliothèque, multiplication des salles de TD et d’études, laboratoires, logements sur les campus…).

–  63 % des recruteurs sont favorables à cette fusion et 46 % d’entre eux estiment que cette question devrait faire l’objet d’un débat au cours de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012 ;

65% des étudiants et des lycéens* sont favorables à cette fusion dont 71% des lycéens interrogés, 39% des étudiants inscrits en Classe Préparatoire ou en Grande École ; 62% des étudiants inscrits à l’Université en niveau master ou plus et 64% de ceux inscrits en niveau licence ;

– 54% des étudiants et lycéens interrogés estiment que cette question devrait faire l’objet d’un débat au cours de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012.

« Cette volonté traduit, chez les recruteurs comme chez les jeunes, un besoin de davantage de lisibilité et de simplification du système de l’enseignement supérieur », analyse Jean-François Fiorina, Président de Passerelle ESC et Directeur de l’ESC Grenoble. « Les recruteurs sont inondés de CV avec des sigles de formations qu’ils ne connaissent pas et les jeunes sont perdus face à l’offre de formation. »

Une analyse confirmée par les recruteurs qui estiment, pour 61% d’entre eux, qu’il est difficile de s’y retrouver face à la multiplicité des diplômes. 52% d’entre eux perçoivent le système éducatif français plus complexe que les systèmes d’enseignement supérieur des autres pays européens.

Côté étudiants et lycéens, la perception est la même : 60% d’entre eux trouvent difficile de s’y retrouver face à la multiplicité des diplômes et des voies de formation.

Enfin, 85% des étudiants et des lycéens interrogés estiment que l’enseignement supérieur est un thème essentiel ou important dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012.

Sondage réalisé par l’IFOP entre le 11 et le 18 octobre 2011 auprès d’échantillons représentatifs composés de 200 DRH, responsables des ressources humaines ou du recrutement et 800 lycéens et étudiants. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille, niveau d’études) après stratification par académie.

Résultats complets sur demande ou sur www.ifop.com

Passerelle ESC compte dix-sept écoles membres, réparties sur l’ensemble de l’Hexagone, offrant une réelle diversité dans les cursus et les spécialisations proposés. Plus d’informations sur : www.passerelle-esc.com




Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: