Les indicateurs des lycées, « un outil d’information, pas de classement »

Les indicateurs de résultats des lycées, mis en ligne mercredi par le ministère de l’Education nationale, constituent un « outil d’information, pas de classement », a déclaré mercredi Michel Quéré, directeur de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) au ministère.

« Il ne s’agit pas pour nous d’établir un palmarès ou un classement, mais de produire la meilleure information possible« , a-t-il expliqué devant la presse.

« Le but de cette conférence de presse est d’éviter les palmarès, c’est un appel à l’intelligence. Les palmarès, souvent, pêchent par simplisme, et pas seulement dans le domaine scolaire », a renchéri Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco).

« Le but est d’analyser la valeur ajoutée d’un lycée, plutôt que ce qui saute aux yeux, le taux de réussite au bac. Souvent, c’est à côté de chez soi qu’on a le bon établissement », a-t-il ajouté.

Consultables à l’adresse www.education.gouv.fr/indicateurs-resultats-lycees, les indicateurs sont au nombre de trois: le taux de réussite au baccalauréat, les taux d’accès au bac depuis la seconde et la première et la proportion de bacheliers parmi les sortants d’un lycée.

Le taux d’accès permet de voir les établissements qui accompagnent leurs élèves jusqu’au bac (les plus sélectifs s’en défont avant) et le troisième indicateur ceux qui gardent leurs redoublants jusqu’à l’obtention du bac.

En outre, comme les types d’élèves accueillis ont un effet sur les résultats, le ministère prend en compte origine sociale, âge, sexe et niveau scolaire à l’entrée au lycée (le brevet), pour calculer une « valeur ajoutée » pédagogique de chaque établissement, par rapport à son académie et au niveau national, et ce pour chacun des trois indicateurs.

La « réalité complexe » des résultats d’un lycée ne pouvant être appréhendée que par un croisement de toutes ces données, « c’est pour cela qu’il ne faut pas faire de classement », a dit M. Quéré.

« Est-ce que ces indicateurs définissent un bon lycée? J’aurais envie de dire non. Cela dépend de la finalité que les parents peuvent avoir du parcours de leur enfant », a-t-il ajouté.

Ces résultats concernent 2.313 lycées généraux et technologiques et 1.778 lycées professionnels.

Source : AFP

Autres articles sur le blog ayant pour thème le « lycée » :

Clôture des états généraux de la sécurité à l’École

Inauguration de la section internationale de russe au lycée international de Valbonne

Nouvelles terminales : la réforme remise en question



Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: