Quotas dans les grandes écoles : la réponse des patrons

Article paru sur www.lefigaro.fr, rédigé par Agnès Leclair

Six dirigeants issus d’établissements réputés réagissent à l’objectif de 30 % de boursiers souhaité par le gouvernement.

C’est le grand débat de société de ce début d’année. L’objectif de 30 % de boursiers dans les grandes écoles, un souhait du ministère de l’Enseignement supérieur, échauffe les esprits, engendre critiques et propositions alternatives pour établir une plus grande mixité sociale. Le sujet des quotas reste donc toujours aussi polémique en ­France, qu’il s’applique aux femmes dans les conseils d’administration ou aux élèves de ZEP dans les grandes écoles.

Lundi, lors de ses vœux au monde de l’enseignement, le chef de l’État, jugeant «parfaitement déplacées» les réticences des grandes écoles, a rappelé sa volonté d’imposer davantage de mixité dans ces filières d’élite. Sans passer par «l’instauration autoritaire de quotas», Nicolas Sarkozy a demandé des résultats concrets et rapides et a lancé cet avertissement : «J’attends des résultats concrets et rapides. Si on les a, le dialogue suffira. Si on ne les a pas, il faudra utiliser un autre moyen.» Après les vifs échanges entre la Conférence des grandes écoles (CGE) et Richard Descoings, directeur de Sciences Po à l’origine d’une voie d’accès parallèle pour les lycéens de ZEP dans son institut, Le ­Figaro a interrogé plusieurs grands patrons et personnalités du monde économique.

De quel œil ces employeurs en puissance de la prochaine génération de jeunes diplômés, eux-mêmes issus des grandes écoles, voient-ils une réforme des concours ou l’instauration de quotas ? Une majorité d’entre eux se rangent du côté de Conférence des grandes écoles (CGE) et préconisent une aide en amont des jeunes issus des milieux défavorisés. Certains craignent une dévalorisation de ces diplômes. Deux personnalités défendent néanmoins de manière explicite les quotas comme un moyen incontournable pour atteindre une plus grande diversité dans l’enseignement supérieur.

Pour lire la suite : www.lefigaro.fr

Autres articles sur le blog traitant de ce sujet :

La tragédie des grandes écoles

Les grandes écoles critiquées pour leur réticence à l’ouverture sociale



Les commentaires sont clos