Comment les ados vivent-ils la crise ?

La crise économique, une affaire de grandes personnes ? Il faut croire que non. Habbo, la plus grande communauté virtuelle de jeunes, a sondé les adolescents pour comprendre leur ressenti.

73 % des adolescents interrogés sont préoccupés par la situation économique mondiale. 59 % craignent de ne pas trouver un emploi lorsqu’ils seront en âge de travailler. 1 adolescent sur 2 connaît quelqu’un qui a perdu son emploi récemment.

Plus de 60 000 jeunes ont répondus à cette enquête, conduite en septembre 2009, dans 30 pays.

Globalement, les jeunes brésiliens, portugais ainsi que ceux issus de pays hispanophones s’avèrent plus inquiets que les autres.

Bien qu’ils soient conscients et inquiétés par le climat économique actuel, les jeunes qui ont répondu ne sont pas pessimiste pour autant. Et lorsqu’on leur demande de se projeter dans l’avenir, 15 % des ados prédisent que la croissance reviendra dans moins d’un an, 44 % croient que ceci interviendra d’ici 1 à 2 ans, ils sont 27 % à croire que cela se fera d’ici 3 à 5 ans et 15 % à prévoir une sortie de crise dans plus de 5 ans.

En France, les conclusions suivantes ont été tirées :
–  78 % des jeunes français se disent inquiets quant à la situation économique mondiale.
– 60 % des Français interrogés craignent de ne pas trouver de travail quand sera venu le temps pour eux de travailler.
– 45 % des adolescents français connaissent quelqu’un qui a récemment perdu son emploi.
– 47 % notent un changement dans les habitudes de consommation familiales.
– 40 % des ados français affirment dépenser moins d’argent : 23 % ont affirmé avoir réduit leurs dépenses en consoles et jeux vidéos ; 21 % ont réduit leurs dépenses en vêtements et accessoires ; 16 % ont diminué leurs achats de nourriture, friandises et boissons et enfin, 13 % disent moins fréquenter les salles de cinéma.

Articles à lire sur le même thème :

Crise financière : les métiers qui seront épargnés
Point sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés à la rentrée 2009
Comment les jeunes voient-ils leur avenir professionnel ?



1 Commentaire »

  1. boules de geisha a dit

    Le 28 mars 2010 @ 0 h 41 min

    Le coût du travail est mère de tout nos maux. Comment un investisseur peut il raisonnablement venir en France alors que la CGT met la pagaille partout où elle est présente.Je ne dis pas qu’il ne faille pas défendre les salariés, mais casser l’outil de travail c’est criminel et aujourd’hui on en paye le prix fort de ce social à outrance trop, c’est trop, et les patrons n’en peuvent plus. Les esprits chagrins diront, mais ils font des profits, encore heureux pour nos impots !! mais que ce soit TOTAL ou BNP etc….. le plus gros de leurs profits est fait à l’étranger. Alors à quand le siège des ces sociétés au Luxembourg, là nous aurons tout gagné !!!
    Le social a tué l’économie et l’industrie francais

Commentaire RSS · URI du rétrolien

Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: