SOS orthographe dans l’enseignement supérieur

A compter du 1er octobre, les élèves d’une trentaine d’IUT (instituts universitaires de technologie) auront des cours de remise à niveau. A cette occasion, le Parisien d’aujourd’hui a consacré sa Une ainsi qu’un dossier à l’orthographe et aux étudiants.

A l’aide d’un nouveau logiciel baptisé Projet Voltaire, les étudiants rempliront un quizz en ligne – divisés en sept niveaux allant du plus simple au plus compliqué – qui passe en revue les principaux écueils de la langue française.

A l’issue du test, un diagnostic est dressé. Le logiciel identifie les familles de fautes le plus régulièrement commises par chaque étudiant et soumet un programme personnalisé de remise à niveau. Séduits, les directeurs d’établissements ont intégré ce programme spécial à l’emploi du temps de leurs étudiants espérant ainsi résorber un phénomène préoccupant. « L’orthographe reste indispensable pour être crédible professionnellement », explique Roland Pélurson, directeur de l’IUT de Valence (Drôme), à notre confrère du Parisien.

Pour ou contre les cours d’orthographe dispensés aux étudiants du supérieur ? Telle est la question posée à Marie Gautier-Loisel, DRH chez AMGEN – une entreprise de biotechnologies – et à François de Closets, journaliste et auteur de Zéro Faute.

La première est partisane du « pour ». « Cela fait vingt ans que je suis recruteuse, jamais le niveau n’a été aussi bas ». Elle tire le même constat en ce qui concerne le vocabulaire des postulants. Elle fait de l’orthographe « un réel critère de sélection » car elle estime « qu’une fois embauché, il est impératif que le cadre supérieur sache écrire sans faire des fautes à chaque ligne [car] il n’a plus de secrétaire comme avant ». Pour les jeunes, « l’orthographe passe au second plan [parce que] dans leur esprit la faute s’est banalisée ».

François de Closets, qui est contre, partage toutefois son avis sur certains points. Il va même jusqu’à parler de « fracture orthographique ». « On a, à une époque, diabolisé l’erreur d’orthographe, qui est devenue une faute impliquant une culpabilité (…) [Depuis quinze ans], les jeunes, avec leurs claviers, utilisent l’écrit comme moyen de converser. L’écrit et l’oral, c’est pareil pour eux ». L’écrivain pense que l’introduction de cours d’orthographe dans l’enseignement supérieur est une solution d’urgence qui ne résout pas le problème à la source. « Il faut que les règles de l’orthographe soient acquises avant d’entrer dans l’enseignement supérieur, dès le primaire ».

Lire le dossier du Parisien « Les étudiants vont devoir renouer avec la dictée », daté du 28/09/2009.

Découvrir le Projet Voltaire, de remise à niveau en orthographe.

Articles à lire sur le même thème :

Zéro pointé en orthographe pour le ministère de l’Education

L’évaluation nationale des élèves : une pratique de plus en plus répandue en Europe

Bien et pas cher : la collection « Pour les nuls » pour les collégiens



4 Commentaires »

  1. Jean-Louis Bourgogne a dit

    Le 1 octobre 2009 @ 21 h 38 min

    Je suis rassuré de voir que le problème de l’orthographe est pris à bras le corps. A tout hasard, je porte à votre connaissance le billet que j’ai produit il y quelques mois sur le site Plumes&mail, intitulé « Où va-ton avec l’orthographe? » (http://plumesetmail.fr/blog/ou-va-t-on-avec-lorthographe).

    J-L Bourgogne
    Ecrivain Conseil – Rédacteur Web – Coach en orientation de carrière
    Lyon

  2. lebegue a dit

    Le 10 juin 2010 @ 23 h 36 min

    Bonsoir,
    j’ai lu à l’instant le cv d’une jeune femme prétendant être correctrice et avoir reçu un diplôme à ce titre. Seulement, au cours de la lecture, j’ai pu relever dans la phrase suivante : « …règles… portant sur celle(s) de la couleur, des traits,… ». Non seulement il n’existait pas ou peu de ponctuation, mais « celles » prenait un « s » qui manquait puisqu’elle faisait allusion à plusieurs catégories.

    Bien à vous

  3. Daniellou a dit

    Le 4 février 2011 @ 18 h 31 min

    Bonjour,

    Connaissez-vous « L’orthographe n’est pas soluble dans les études supérieures », que viennent de publier les éditions Octarès ? Il s’agit d’un « aide-mémoire bienveillant, à l’usage des étudiants ». Présentation sur http://www.octares.com et commentaires sur le blog des correcteurs du Monde http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2011/02/01/lorthographe-est-elle-soluble-dans-les-etudes-superieures/

  4. angelinet a dit

    Le 13 octobre 2011 @ 6 h 28 min

    je leur conseille http://www.orthoprof.fr
    je me suis remis à jour en deux semaines seulement et c’est gratuit

    et pour les plus jeunes http://www.ladictee.fr pour s’entraîner sur des dictées sonorisées. Encore une fois, tout est gratuit.

Commentaire RSS · URI du rétrolien

Laissez un commentaire

Nom: (Obligatoire)

eMail: (Obligatoire)

Site Web:

Commentaire: